Master Droit Privé - Pratique Contractuelle et Contentieux des Affaires

  • Master
  • Faculté Droit, Économie & Gestion
  • BAC +5
  • Vannes

Présentation

Objectifs

Si l’année de master 1 droit privé - pratique contractuelle et contentieux des affaires est plus généraliste que celle du master 2 droit privé - pratique contractuelle et contentieux des affaires, elles ont en commun leur objectif d’insertion professionnelle par le biais de l’alternance entre l’entreprise et l’université. Suivre les deux années de master de droit privé à l’UBS, c’est pouvoir acquérir plus de six mois d’expérience professionnelle afin de s’orienter vers un premier métier de façon plus éclairée. La réalisation de projets tuteurés, souvent en équipe, permet de développer le sens du collectif et de l’habileté professionnelle.

 

Master 1 Droit privé - Pratique contractuelle et contentieux des affaires

La première année de master poursuit un objectif de consolidation du socle commun de la formation juridique en droit privé, qui doit donner aux étudiants un large accès aux différentes offres de spécialités au niveau master 2, et ce, aussi bien à l’Université Bretagne Sud qu’au sein d’une autre université.

La première année de master permet également un début de spécialisation des étudiants dans un domaine du droit privé : les stages, les projets tuteurés et les mémoires de recherche réalisés durant cette année de formation offrent aux étudiants la possibilité d’une première spécialisation individualisée, découlant de la nature du stage ou du thème du projet tuteuré ou encore du mémoire de recherche, que chaque étudiant choisit en fonction de l’orientation professionnelle qu’il souhaite prendre.

 

Master 2 Droit privé - Pratique contractuelle et contentieux des affaires

La formation est orientée vers la pratique contractuelle, la gestion du risque et le droit des affaires. Axé sur le contentieux des affaires et la rédaction d’actes, le parcours vise essentiellement à former de futurs juristes d’entreprise ; en cela, il se démarque des offres avoisinantes (masters de droit des affaires tournés essentiellement vers la fiscalité ou le droit des sociétés, ou masters contentieux formant aux professions judiciaires), et répond à une attente des entreprises tant au niveau national qu’au sein du bassin d’emploi morbihannais. La formation permet aussi aux étudiants de se diriger vers les professions judiciaires, comme la profession d’avocat ou d’huissier de justice.

Savoir-faire et compétences

Les étudiants du master 1 droit privé - pratique contractuelle et contentieux des affaires et du master 2 ont acquis les compétences suivantes :

  • Compétences organisationnelles : travailler en autonomie, en responsabilité et en temps limité (respect des délais) ; savoir rechercher et traiter l’information (textes juridiques, jurisprudence…) ; gérer et conduire un projet
  • Compétences relationnelles : communiquer avec clarté et précision dans un langage adapté (écrit et oral) ; maîtriser l’anglais technique et juridique ; savoir travailler en équipe autour d’un projet auquel on a su s’intégrer
  • Compétences scientifiques et techniques : sens de l’abstraction, attitude de rigueur et logique juridique ; aptitude à imaginer et à créer des stratégies de défense juridique ; esprit d’analyse de situations complexes, approche interdisciplinaire ; maîtrise de l’outil informatique

Contenu de la formation

Cette formation juridique de haut niveau poursuit un objectif de consolidation des acquis et de spécialisation des étudiants. Elle s’inscrit dans une perspective à la fois théorique, par la transmission de savoirs structurants indispensables aux juristes et professionnalisante, visant à rendre rapidement opérationnels les étudiants diplômés.

La finalité professionnalisante de la formation est assurée par la réalisation d’un stage obligatoire de 8 à 10 semaines en master 1 et de 13 à 20 semaines en master 2. Dans ce même but, en master 1 et en master 2, les enseignements académiques sont regroupés sur trois jours de la semaine (mercredi, jeudi et vendredi). Le lundi et le mardi, chaque étudiant réalise, au choix, un stage facultatif de 8 à 10 semaines, un projet tuteuré ou un mémoire de recherche. Au travers de ces exercices, il s’agit de développer le sens de l’autonomie des étudiants en leur permettant d’être confrontés à une pratique ou à un travail de recherche qui vient compléter les acquis universitaires.

Stages

Stage obligatoire de longue durée : 8 à 10 semaines en master 1 et 13 à 20 semaines en master 2

Modalités de formation

  • Formation continue diplômante
  • Formation initiale

Admission

Condition d'accès

En première année, l’accès de l’étudiant titulaire d’une licence mention droit est de droit. En seconde année, l’admission en niveau 2 est prononcée par le Doyen de l’établissement, sur proposition d’une commission après examen du dossier de candidature. Un accès sur dossier, tant en première année qu’en seconde année est possible s’il est autorisé par la commission d’équivalence et de dérogation, pour les étudiants titulaires d’une licence autre que la licence en droit.

 

Vous devez vous connecter entre le 04/02 et le 15/06/2017 sur la plateforme e-candidature.

International

Semestre à l'étranger

Possibilité d’effectuer un semestre ou une année d’études à l’étranger dans une université partenaire.

Débouchés et métiers visés

Insertion professionnelle

La formation permet au diplômé de travailler dans les services juridiques ou contentieux des entreprises, telles que les banques, compagnies d’assurance, offices d’HLM, sociétés de gestion immobilière, administrations publiques. Il exerce également au sein de cabinets d’avocats, d’huissiers de justice, d’administrateurs judiciaires, de mandataires judiciaires, de cabinets d’expertise-comptable.
Ce professionnel apporte un conseil juridique aux dirigeants d’entreprise.
Il apprécie les risques juridiques liés à l’activité de l’entreprise, tant à l’égard de l’entreprise elle-même que de ses dirigeants.
Il organise une stratégie de prévention de ces risques.
Il gère les comptes clients de l’entreprise et met en place une prévention de l’insolvabilité des clients.
Il négocie et rédige les actes juridiques, notamment les contrats conclus par l’entreprise.
Il propose et négocie une solution amiable en cas de litige et rédige l’acte subséquent. En cas d’échec de la solution amiable, il entreprend une démarche
contentieuse et assure l’interface avec les avocats et huissiers de justice.
Il assure une veille juridique et informe les différents services des évolutions jurisprudentielles et législatives.